Welcome!

Containers Expo Blog Authors: Liz McMillan, Pat Romanski, Yeshim Deniz, Elizabeth White, Zakia Bouachraoui

News Feed Item

L’enquête annuelle d’EVault sur la sauvegarde et la récupération connectées au nuage met au jour que les services informatiques sont confrontés au défi d’avoir à gérer de plus en plus de données et qu’ils se tournent...

L’enquête annuelle d’EVault sur la sauvegarde et la récupération connectées au nuage met au jour que les services informatiques sont confrontés au défi d’avoir à gérer de plus en plus de données et qu’ils se tournent vers la solution des environnements hybrides

Dans sa 2e enquête annuelle publiée aujourd’hui, EVault, Inc., une société Seagate (NASDAQ : STX), a révélé que la moitié de toutes les entreprises sondées aux États-Unis, au Royaume-Uni, en France, en Allemagne et aux Pays-Bas indiquent qu’elles gèrent plus de données à l’heure actuelle qu’elles ne le faisaient il y a un an, et 70 % de ces mêmes entreprises pensent que le volume de données qu’elles gèrent ne fera que grimper. L’enquête a constaté que, confrontés à ces réalités, au sein du groupe de responsables de l’informatique ne bénéficiant pas d’un environnement hybride (sur site ou hors site) de protection des données, plus de 60 % d’entre eux en prévoyaient ou en envisageaient un. La sauvegarde et le stockage dématérialisés, un élément clé des environnements hybrides, sont maintenant considérés comme un moyen important de gérer des volumes de plus en plus gros de données. 66 % des personnes des services informatiques interrogées ont répondu que leur entreprise allait augmenter la quantité de données qu’elle stocke dans le nuage d’ici 2015. C’est aux États-Unis que le stockage des données dans le nuage est le plus à la hausse, avec 85 % des responsables de l’informatique américains indiquant qu’ils allaient avoir plus recours à l’informatique dématérialisée au cours des quelques années à venir.

Au sein des entreprises bénéficiant déjà d’un environnement hybride de protection des données, 74 % déclarent qu’ils avaient besoin de la souplesse accrue qu’une approche hybride apporte à leur infrastructure de gestion des données, qui devient de plus en plus importante à mesure que les volumes de données augmentent. Une meilleure sécurité des données est la raison pour laquelle 66 % ont abandonné leurs anciens outils de sauvegarde et récupération au profit d’une solution de protection des données sur site et hors site. 57 % de tous les responsables de l’informatique sondés préfèrent leur solution hybride car leurs données essentielles à l’entreprise qui augmentent rapidement nécessitent une protection contre les catastrophes naturelles et le vol.

« La communauté EVault est à la tête du secteur dans l’adoption et la promotion de solutions de protection des données sur site, dans le nuage et connectées au nuage, aussi appelées hybrides, pour aider les entreprises à protéger et à accéder à leurs données critiques. L’écosystème d’EVault, intégré de façon unique, comprenant le logiciel EVault, des SaaS, des services gérés et des applicatifs, contribue à ce que les clients puissent maintenir la continuité de leurs activités dans des environnements multi-plateformes et multi-sites », a déclaré Terry Cunningham, PDG d’EVault. « L’enquête de cette année démontre que la protection des données, la reprise après sinistre et d’autres services de stockage optimisés de façon à fonctionner dans un environnement distribué, soutenu par une infrastructure de stockage dans le nuage sécurisée et fiable est ce que veulent les clients à l’heure où ils se tournent vers des stratégies leur permettant de gérer des volumes de données qui ne feront que grimper. »

Les décideurs des technologies de l’information stressés par le fardeau de la gestion des données

L’enquête 2011 d’EVault avait révélé certains aveux surprenants de la part des décideurs des technologies de l’information. Le principal d’entre eux étant les 17 % des sondés qui préfèreraient se faire extraire des dents sans analgésiques plutôt que d’informer leur patron de la perte de données critiques. Un an après, il est évident que les équipes informatiques sont encore angoissées quand il s’agit d’annoncer une mauvaise nouvelle à la direction de l’entreprise.

24 % des personnes interrogées dans l’enquête ont avoué ne pas dire à leur PDG qu’ils ne faisaient pas des sauvegardes de tous les fichiers, en particuliers de ceux sur les appareils portables. Le stress de la gestion des données continue à peser sur les décideurs des technologies de l’information ; 38 % d’entre eux reconnaissent craindre que leurs données ne soient pas sauvegardées de façon sécurisée ou que certaines données ne soient même pas sauvegardées. Cette crainte est fondée. En 2011, 31 % des entreprises avaient connu une perte de données dans les 12 derniers mois — en moyenne deux fois, mais en 2012 ce chiffre a augmenté à 53 % ayant connu une perte de données.

« La section éclairage sur les technologies de l’information de notre enquête annuelle révèle toujours des détails fascinants sur les personnalités dans le service informatique, et les pressions qui pèsent sur elles. Elles continuent à se débattre avec la perte de données, la gestion de la croissance des données, la mise à jour avec les nouvelles technologies, et sont maintenant aux prises avec la réalité d’employés utilisant leurs appareils personnels au bureau et confrontées à l’impact encore plus important que cela a sur leurs problèmes de croissance et gestion des données », a confié M. Cunningham.

Les appareils portables—Une inquiétude croissante

Bien que les chiffres en glissement annuel pays par pays du nombre d’employés stockant des données de l’entreprise sur leur téléphone se soient maintenus à 22 % (aux États-Unis c’est en hausse, à 32 %), une écrasante majorité des responsables de l’informatique, à savoir 94 %, s’inquiètent du mélange de données personnelles et de l’entreprise utilisées par les employés sur leurs propres appareils portables. 67 % des responsables de l’informatique interrogés ont fait part d’inquiétudes au sujet de la rétention et de la sécurité de leurs données, et de leur suppression possible d’un appareil portable. Tandis que 57 % de plus ont souligné leurs craintes de problèmes juridiques potentiels dus à la tendance de l’utilisation des appareils personnels en entreprise (BYOD).

Les responsables de l’informatique dans cette enquête commencent tout juste à aborder ce problème. Bien que pratiquement toutes les entreprises sondées, à savoir 96 %, ont un certain nombre d’employés qui possèdent un appareil portable dont ils se servent pour leur travail, et que 24 % des responsables de l’informatique reconnaissent avoir perdu des données d’un appareil portable, seulement 28 % des entreprises sondées ont actuellement un plan de reprise après sinistres qui inclut les appareils portables. Les services informatiques ont l’air prêts à s’attaquer à ce problème, un grand nombre des personnes interrogées pensant qu’elles auraient avantage à mettre en œuvre certains contrôles des politiques. Par exemple, 55 % des sondés pensent que leur entreprise aurait avantage à mettre en place des contrôles administratifs offrant la capacité de supprimer des données des appareils portables possédant des données d’entreprise.

« À mesure que la prolifération des appareils et de leurs fonctionnalités augmente, il en va de même de la probabilité que les employés ne pourront plus s’en passer pour leur travail. Sans plan délibéré de protection des données sur les appareils portables, les stratégies de gestion des données des sociétés auront plus de trous que le gruyère », a déclaré M. Cunningham. « C’est une excellente nouvelle que 32 % des responsables de l’informatique interrogés projettent de mettre en œuvre une stratégie pour gérer la perte de données d’appareils portables (ordinateurs portables, smartphones et tablettes, par ex.) et que 43 % prévoient ou envisagent un plan de reprise après sinistre pour 2013. Nous prédisons que ce pourcentage sera encore plus élevé dans les trois prochaines années. »

Pour une représentation visuelle de l’enquête, veuillez vous reporter à l’infographique qui l’accompagne.

D’autres analyses de l’enquête à venir

Dans les semaines et mois à venir, EVault va publier d’autres éclairages et analyses de sa 2e enquête annuelle sur la sauvegarde et la récupération connectées au nuage. EVault prévoit une vue plus détaillée de chaque pays comprenant une comparaison et mise en opposition des premiers et derniers dans les domaines clés comme la reprise après sinistre et la sauvegarde de données, le BYOD et le regard des directeurs de l'information. EVault détaillera également les réponses des PME et grandes entreprises ainsi que celles de certains secteurs verticaux mis en relief dans l’enquête.

Cette analyse sera disponible sur le blog d’EVault, auquel il est possible de s’inscrire à l’adresse http://blogs.evault.com/.

Méthodologie de l’enquête

EVault a chargé Vanson Bourne, une société de recherche indépendante, de réaliser cette étude des tendances en termes de services de stockage de données et de services connexes. Entre octobre et novembre 2012, Vanson Bourne a interviewé 650 décideurs des technologies de l’information provenant de sociétés d’une taille entre 100 à plus de 3 000 salariés. Les personnes interrogées représentaient un éventail de secteurs (services financiers, commerce de détail, santé, juridique, éducation et administrations) dans de multiples pays (USA, R-U, France, Allemagne et Pays-Bas).

À propos d’EVault

Plus de 38 000 entreprises comptent sur les services de sauvegarde et de récupération connectés au nuage d’EVault. Livrées par une équipe d’experts en récupération de données et utilisant ce qu’il y a de meilleur en technologie dans le nuage, les solutions de sauvegarde EVault intègrent en transparence la protection de données de sauvegarde sur place et en ligne pour assurer un accès rapide et local aux données, et garantit la reprise après sinistre dans le nuage. Optimisée pour des environnements distribués et soutenue par une infrastructure dans le nuage à toute épreuve, la technologie EVault optimise également les offres de protection de données des prestataires de services dans le nuage, des centres de données, des entreprises de télécommunications, des fournisseurs de logiciels indépendants et de bien d’autres. EVault est une société Seagate.

Suivez @EVault sur Twitter, abonnez-vous au blog et aimez EVault sur Facebook.

Copyright © 2013 EVault, Inc. Tous droits réservés. Seagate, Seagate Technology et le logo Wave sont des marques déposées de Seagate Technology LLC aux États-Unis et/ou dans d’autres pays. EVault et cloud-connected sont soit des marques de commerce, soit des marques déposées d’EVault, Inc. ou de l’une de ses sociétés affiliées aux États-Unis et/ou dans d’autres pays. Toutes les autres marques de commerce ou marques déposées appartiennent à leurs propriétaires respectifs.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

More Stories By Business Wire

Copyright © 2009 Business Wire. All rights reserved. Republication or redistribution of Business Wire content is expressly prohibited without the prior written consent of Business Wire. Business Wire shall not be liable for any errors or delays in the content, or for any actions taken in reliance thereon.

IoT & Smart Cities Stories
The deluge of IoT sensor data collected from connected devices and the powerful AI required to make that data actionable are giving rise to a hybrid ecosystem in which cloud, on-prem and edge processes become interweaved. Attendees will learn how emerging composable infrastructure solutions deliver the adaptive architecture needed to manage this new data reality. Machine learning algorithms can better anticipate data storms and automate resources to support surges, including fully scalable GPU-c...
Machine learning has taken residence at our cities' cores and now we can finally have "smart cities." Cities are a collection of buildings made to provide the structure and safety necessary for people to function, create and survive. Buildings are a pool of ever-changing performance data from large automated systems such as heating and cooling to the people that live and work within them. Through machine learning, buildings can optimize performance, reduce costs, and improve occupant comfort by ...
The explosion of new web/cloud/IoT-based applications and the data they generate are transforming our world right before our eyes. In this rush to adopt these new technologies, organizations are often ignoring fundamental questions concerning who owns the data and failing to ask for permission to conduct invasive surveillance of their customers. Organizations that are not transparent about how their systems gather data telemetry without offering shared data ownership risk product rejection, regu...
René Bostic is the Technical VP of the IBM Cloud Unit in North America. Enjoying her career with IBM during the modern millennial technological era, she is an expert in cloud computing, DevOps and emerging cloud technologies such as Blockchain. Her strengths and core competencies include a proven record of accomplishments in consensus building at all levels to assess, plan, and implement enterprise and cloud computing solutions. René is a member of the Society of Women Engineers (SWE) and a m...
Poor data quality and analytics drive down business value. In fact, Gartner estimated that the average financial impact of poor data quality on organizations is $9.7 million per year. But bad data is much more than a cost center. By eroding trust in information, analytics and the business decisions based on these, it is a serious impediment to digital transformation.
Digital Transformation: Preparing Cloud & IoT Security for the Age of Artificial Intelligence. As automation and artificial intelligence (AI) power solution development and delivery, many businesses need to build backend cloud capabilities. Well-poised organizations, marketing smart devices with AI and BlockChain capabilities prepare to refine compliance and regulatory capabilities in 2018. Volumes of health, financial, technical and privacy data, along with tightening compliance requirements by...
Predicting the future has never been more challenging - not because of the lack of data but because of the flood of ungoverned and risk laden information. Microsoft states that 2.5 exabytes of data are created every day. Expectations and reliance on data are being pushed to the limits, as demands around hybrid options continue to grow.
Digital Transformation and Disruption, Amazon Style - What You Can Learn. Chris Kocher is a co-founder of Grey Heron, a management and strategic marketing consulting firm. He has 25+ years in both strategic and hands-on operating experience helping executives and investors build revenues and shareholder value. He has consulted with over 130 companies on innovating with new business models, product strategies and monetization. Chris has held management positions at HP and Symantec in addition to ...
Enterprises have taken advantage of IoT to achieve important revenue and cost advantages. What is less apparent is how incumbent enterprises operating at scale have, following success with IoT, built analytic, operations management and software development capabilities - ranging from autonomous vehicles to manageable robotics installations. They have embraced these capabilities as if they were Silicon Valley startups.
As IoT continues to increase momentum, so does the associated risk. Secure Device Lifecycle Management (DLM) is ranked as one of the most important technology areas of IoT. Driving this trend is the realization that secure support for IoT devices provides companies the ability to deliver high-quality, reliable, secure offerings faster, create new revenue streams, and reduce support costs, all while building a competitive advantage in their markets. In this session, we will use customer use cases...