Click here to close now.

Welcome!

Containers Expo Blog Authors: Liz McMillan, Hovhannes Avoyan, David Sprott, AppDynamics Blog, Kelly Murphy

News Feed Item

L’enquête annuelle d’EVault sur la sauvegarde et la récupération connectées au nuage met au jour que les services informatiques sont confrontés au défi d’avoir à gérer de plus en plus de données et qu’ils se tournent...

L’enquête annuelle d’EVault sur la sauvegarde et la récupération connectées au nuage met au jour que les services informatiques sont confrontés au défi d’avoir à gérer de plus en plus de données et qu’ils se tournent vers la solution des environnements hybrides

Dans sa 2e enquête annuelle publiée aujourd’hui, EVault, Inc., une société Seagate (NASDAQ : STX), a révélé que la moitié de toutes les entreprises sondées aux États-Unis, au Royaume-Uni, en France, en Allemagne et aux Pays-Bas indiquent qu’elles gèrent plus de données à l’heure actuelle qu’elles ne le faisaient il y a un an, et 70 % de ces mêmes entreprises pensent que le volume de données qu’elles gèrent ne fera que grimper. L’enquête a constaté que, confrontés à ces réalités, au sein du groupe de responsables de l’informatique ne bénéficiant pas d’un environnement hybride (sur site ou hors site) de protection des données, plus de 60 % d’entre eux en prévoyaient ou en envisageaient un. La sauvegarde et le stockage dématérialisés, un élément clé des environnements hybrides, sont maintenant considérés comme un moyen important de gérer des volumes de plus en plus gros de données. 66 % des personnes des services informatiques interrogées ont répondu que leur entreprise allait augmenter la quantité de données qu’elle stocke dans le nuage d’ici 2015. C’est aux États-Unis que le stockage des données dans le nuage est le plus à la hausse, avec 85 % des responsables de l’informatique américains indiquant qu’ils allaient avoir plus recours à l’informatique dématérialisée au cours des quelques années à venir.

Au sein des entreprises bénéficiant déjà d’un environnement hybride de protection des données, 74 % déclarent qu’ils avaient besoin de la souplesse accrue qu’une approche hybride apporte à leur infrastructure de gestion des données, qui devient de plus en plus importante à mesure que les volumes de données augmentent. Une meilleure sécurité des données est la raison pour laquelle 66 % ont abandonné leurs anciens outils de sauvegarde et récupération au profit d’une solution de protection des données sur site et hors site. 57 % de tous les responsables de l’informatique sondés préfèrent leur solution hybride car leurs données essentielles à l’entreprise qui augmentent rapidement nécessitent une protection contre les catastrophes naturelles et le vol.

« La communauté EVault est à la tête du secteur dans l’adoption et la promotion de solutions de protection des données sur site, dans le nuage et connectées au nuage, aussi appelées hybrides, pour aider les entreprises à protéger et à accéder à leurs données critiques. L’écosystème d’EVault, intégré de façon unique, comprenant le logiciel EVault, des SaaS, des services gérés et des applicatifs, contribue à ce que les clients puissent maintenir la continuité de leurs activités dans des environnements multi-plateformes et multi-sites », a déclaré Terry Cunningham, PDG d’EVault. « L’enquête de cette année démontre que la protection des données, la reprise après sinistre et d’autres services de stockage optimisés de façon à fonctionner dans un environnement distribué, soutenu par une infrastructure de stockage dans le nuage sécurisée et fiable est ce que veulent les clients à l’heure où ils se tournent vers des stratégies leur permettant de gérer des volumes de données qui ne feront que grimper. »

Les décideurs des technologies de l’information stressés par le fardeau de la gestion des données

L’enquête 2011 d’EVault avait révélé certains aveux surprenants de la part des décideurs des technologies de l’information. Le principal d’entre eux étant les 17 % des sondés qui préfèreraient se faire extraire des dents sans analgésiques plutôt que d’informer leur patron de la perte de données critiques. Un an après, il est évident que les équipes informatiques sont encore angoissées quand il s’agit d’annoncer une mauvaise nouvelle à la direction de l’entreprise.

24 % des personnes interrogées dans l’enquête ont avoué ne pas dire à leur PDG qu’ils ne faisaient pas des sauvegardes de tous les fichiers, en particuliers de ceux sur les appareils portables. Le stress de la gestion des données continue à peser sur les décideurs des technologies de l’information ; 38 % d’entre eux reconnaissent craindre que leurs données ne soient pas sauvegardées de façon sécurisée ou que certaines données ne soient même pas sauvegardées. Cette crainte est fondée. En 2011, 31 % des entreprises avaient connu une perte de données dans les 12 derniers mois — en moyenne deux fois, mais en 2012 ce chiffre a augmenté à 53 % ayant connu une perte de données.

« La section éclairage sur les technologies de l’information de notre enquête annuelle révèle toujours des détails fascinants sur les personnalités dans le service informatique, et les pressions qui pèsent sur elles. Elles continuent à se débattre avec la perte de données, la gestion de la croissance des données, la mise à jour avec les nouvelles technologies, et sont maintenant aux prises avec la réalité d’employés utilisant leurs appareils personnels au bureau et confrontées à l’impact encore plus important que cela a sur leurs problèmes de croissance et gestion des données », a confié M. Cunningham.

Les appareils portables—Une inquiétude croissante

Bien que les chiffres en glissement annuel pays par pays du nombre d’employés stockant des données de l’entreprise sur leur téléphone se soient maintenus à 22 % (aux États-Unis c’est en hausse, à 32 %), une écrasante majorité des responsables de l’informatique, à savoir 94 %, s’inquiètent du mélange de données personnelles et de l’entreprise utilisées par les employés sur leurs propres appareils portables. 67 % des responsables de l’informatique interrogés ont fait part d’inquiétudes au sujet de la rétention et de la sécurité de leurs données, et de leur suppression possible d’un appareil portable. Tandis que 57 % de plus ont souligné leurs craintes de problèmes juridiques potentiels dus à la tendance de l’utilisation des appareils personnels en entreprise (BYOD).

Les responsables de l’informatique dans cette enquête commencent tout juste à aborder ce problème. Bien que pratiquement toutes les entreprises sondées, à savoir 96 %, ont un certain nombre d’employés qui possèdent un appareil portable dont ils se servent pour leur travail, et que 24 % des responsables de l’informatique reconnaissent avoir perdu des données d’un appareil portable, seulement 28 % des entreprises sondées ont actuellement un plan de reprise après sinistres qui inclut les appareils portables. Les services informatiques ont l’air prêts à s’attaquer à ce problème, un grand nombre des personnes interrogées pensant qu’elles auraient avantage à mettre en œuvre certains contrôles des politiques. Par exemple, 55 % des sondés pensent que leur entreprise aurait avantage à mettre en place des contrôles administratifs offrant la capacité de supprimer des données des appareils portables possédant des données d’entreprise.

« À mesure que la prolifération des appareils et de leurs fonctionnalités augmente, il en va de même de la probabilité que les employés ne pourront plus s’en passer pour leur travail. Sans plan délibéré de protection des données sur les appareils portables, les stratégies de gestion des données des sociétés auront plus de trous que le gruyère », a déclaré M. Cunningham. « C’est une excellente nouvelle que 32 % des responsables de l’informatique interrogés projettent de mettre en œuvre une stratégie pour gérer la perte de données d’appareils portables (ordinateurs portables, smartphones et tablettes, par ex.) et que 43 % prévoient ou envisagent un plan de reprise après sinistre pour 2013. Nous prédisons que ce pourcentage sera encore plus élevé dans les trois prochaines années. »

Pour une représentation visuelle de l’enquête, veuillez vous reporter à l’infographique qui l’accompagne.

D’autres analyses de l’enquête à venir

Dans les semaines et mois à venir, EVault va publier d’autres éclairages et analyses de sa 2e enquête annuelle sur la sauvegarde et la récupération connectées au nuage. EVault prévoit une vue plus détaillée de chaque pays comprenant une comparaison et mise en opposition des premiers et derniers dans les domaines clés comme la reprise après sinistre et la sauvegarde de données, le BYOD et le regard des directeurs de l'information. EVault détaillera également les réponses des PME et grandes entreprises ainsi que celles de certains secteurs verticaux mis en relief dans l’enquête.

Cette analyse sera disponible sur le blog d’EVault, auquel il est possible de s’inscrire à l’adresse http://blogs.evault.com/.

Méthodologie de l’enquête

EVault a chargé Vanson Bourne, une société de recherche indépendante, de réaliser cette étude des tendances en termes de services de stockage de données et de services connexes. Entre octobre et novembre 2012, Vanson Bourne a interviewé 650 décideurs des technologies de l’information provenant de sociétés d’une taille entre 100 à plus de 3 000 salariés. Les personnes interrogées représentaient un éventail de secteurs (services financiers, commerce de détail, santé, juridique, éducation et administrations) dans de multiples pays (USA, R-U, France, Allemagne et Pays-Bas).

À propos d’EVault

Plus de 38 000 entreprises comptent sur les services de sauvegarde et de récupération connectés au nuage d’EVault. Livrées par une équipe d’experts en récupération de données et utilisant ce qu’il y a de meilleur en technologie dans le nuage, les solutions de sauvegarde EVault intègrent en transparence la protection de données de sauvegarde sur place et en ligne pour assurer un accès rapide et local aux données, et garantit la reprise après sinistre dans le nuage. Optimisée pour des environnements distribués et soutenue par une infrastructure dans le nuage à toute épreuve, la technologie EVault optimise également les offres de protection de données des prestataires de services dans le nuage, des centres de données, des entreprises de télécommunications, des fournisseurs de logiciels indépendants et de bien d’autres. EVault est une société Seagate.

Suivez @EVault sur Twitter, abonnez-vous au blog et aimez EVault sur Facebook.

Copyright © 2013 EVault, Inc. Tous droits réservés. Seagate, Seagate Technology et le logo Wave sont des marques déposées de Seagate Technology LLC aux États-Unis et/ou dans d’autres pays. EVault et cloud-connected sont soit des marques de commerce, soit des marques déposées d’EVault, Inc. ou de l’une de ses sociétés affiliées aux États-Unis et/ou dans d’autres pays. Toutes les autres marques de commerce ou marques déposées appartiennent à leurs propriétaires respectifs.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

More Stories By Business Wire

Copyright © 2009 Business Wire. All rights reserved. Republication or redistribution of Business Wire content is expressly prohibited without the prior written consent of Business Wire. Business Wire shall not be liable for any errors or delays in the content, or for any actions taken in reliance thereon.

@ThingsExpo Stories
The true value of the Internet of Things (IoT) lies not just in the data, but through the services that protect the data, perform the analysis and present findings in a usable way. With many IoT elements rooted in traditional IT components, Big Data and IoT isn’t just a play for enterprise. In fact, the IoT presents SMBs with the prospect of launching entirely new activities and exploring innovative areas. CompTIA research identifies several areas where IoT is expected to have the greatest impact.
The 4th International Internet of @ThingsExpo, co-located with the 17th International Cloud Expo - to be held November 3-5, 2015, at the Santa Clara Convention Center in Santa Clara, CA - announces that its Call for Papers is open. The Internet of Things (IoT) is the biggest idea since the creation of the Worldwide Web more than 20 years ago.
The Industrial Internet revolution is now underway, enabled by connected machines and billions of devices that communicate and collaborate. The massive amounts of Big Data requiring real-time analysis is flooding legacy IT systems and giving way to cloud environments that can handle the unpredictable workloads. Yet many barriers remain until we can fully realize the opportunities and benefits from the convergence of machines and devices with Big Data and the cloud, including interoperability, data security and privacy.
The Internet of Things is tied together with a thin strand that is known as time. Coincidentally, at the core of nearly all data analytics is a timestamp. When working with time series data there are a few core principles that everyone should consider, especially across datasets where time is the common boundary. In his session at Internet of @ThingsExpo, Jim Scott, Director of Enterprise Strategy & Architecture at MapR Technologies, discussed single-value, geo-spatial, and log time series data. By focusing on enterprise applications and the data center, he will use OpenTSDB as an example t...
The Internet of Things is not only adding billions of sensors and billions of terabytes to the Internet. It is also forcing a fundamental change in the way we envision Information Technology. For the first time, more data is being created by devices at the edge of the Internet rather than from centralized systems. What does this mean for today's IT professional? In this Power Panel at @ThingsExpo, moderated by Conference Chair Roger Strukhoff, panelists will addresses this very serious issue of profound change in the industry.
Scott Jenson leads a project called The Physical Web within the Chrome team at Google. Project members are working to take the scalability and openness of the web and use it to talk to the exponentially exploding range of smart devices. Nearly every company today working on the IoT comes up with the same basic solution: use my server and you'll be fine. But if we really believe there will be trillions of these devices, that just can't scale. We need a system that is open a scalable and by using the URL as a basic building block, we open this up and get the same resilience that the web enjoys.
We are reaching the end of the beginning with WebRTC, and real systems using this technology have begun to appear. One challenge that faces every WebRTC deployment (in some form or another) is identity management. For example, if you have an existing service – possibly built on a variety of different PaaS/SaaS offerings – and you want to add real-time communications you are faced with a challenge relating to user management, authentication, authorization, and validation. Service providers will want to use their existing identities, but these will have credentials already that are (hopefully) i...
All major researchers estimate there will be tens of billions devices - computers, smartphones, tablets, and sensors - connected to the Internet by 2020. This number will continue to grow at a rapid pace for the next several decades. With major technology companies and startups seriously embracing IoT strategies, now is the perfect time to attend @ThingsExpo, June 9-11, 2015, at the Javits Center in New York City. Learn what is going on, contribute to the discussions, and ensure that your enterprise is as "IoT-Ready" as it can be
Container frameworks, such as Docker, provide a variety of benefits, including density of deployment across infrastructure, convenience for application developers to push updates with low operational hand-holding, and a fairly well-defined deployment workflow that can be orchestrated. Container frameworks also enable a DevOps approach to application development by cleanly separating concerns between operations and development teams. But running multi-container, multi-server apps with containers is very hard. You have to learn five new and different technologies and best practices (libswarm, sy...
SYS-CON Events announced today that DragonGlass, an enterprise search platform, will exhibit at SYS-CON's 16th International Cloud Expo®, which will take place on June 9-11, 2015, at the Javits Center in New York City, NY. After eleven years of designing and building custom applications, OpenCrowd has launched DragonGlass, a cloud-based platform that enables the development of search-based applications. These are a new breed of applications that utilize a search index as their backbone for data retrieval. They can easily adapt to new data sets and provide access to both structured and unstruc...
An entirely new security model is needed for the Internet of Things, or is it? Can we save some old and tested controls for this new and different environment? In his session at @ThingsExpo, New York's at the Javits Center, Davi Ottenheimer, EMC Senior Director of Trust, reviewed hands-on lessons with IoT devices and reveal a new risk balance you might not expect. Davi Ottenheimer, EMC Senior Director of Trust, has more than nineteen years' experience managing global security operations and assessments, including a decade of leading incident response and digital forensics. He is co-author of t...
The Internet of Things is a misnomer. That implies that everything is on the Internet, and that simply should not be - especially for things that are blurring the line between medical devices that stimulate like a pacemaker and quantified self-sensors like a pedometer or pulse tracker. The mesh of things that we manage must be segmented into zones of trust for sensing data, transmitting data, receiving command and control administrative changes, and peer-to-peer mesh messaging. In his session at @ThingsExpo, Ryan Bagnulo, Solution Architect / Software Engineer at SOA Software, focused on desi...
SYS-CON Events announced today that MetraTech, now part of Ericsson, has been named “Silver Sponsor” of SYS-CON's 16th International Cloud Expo®, which will take place on June 9–11, 2015, at the Javits Center in New York, NY. Ericsson is the driving force behind the Networked Society- a world leader in communications infrastructure, software and services. Some 40% of the world’s mobile traffic runs through networks Ericsson has supplied, serving more than 2.5 billion subscribers.
While great strides have been made relative to the video aspects of remote collaboration, audio technology has basically stagnated. Typically all audio is mixed to a single monaural stream and emanates from a single point, such as a speakerphone or a speaker associated with a video monitor. This leads to confusion and lack of understanding among participants especially regarding who is actually speaking. Spatial teleconferencing introduces the concept of acoustic spatial separation between conference participants in three dimensional space. This has been shown to significantly improve comprehe...
Buzzword alert: Microservices and IoT at a DevOps conference? What could possibly go wrong? In this Power Panel at DevOps Summit, moderated by Jason Bloomberg, the leading expert on architecting agility for the enterprise and president of Intellyx, panelists will peel away the buzz and discuss the important architectural principles behind implementing IoT solutions for the enterprise. As remote IoT devices and sensors become increasingly intelligent, they become part of our distributed cloud environment, and we must architect and code accordingly. At the very least, you'll have no problem fil...
The Domain Name Service (DNS) is one of the most important components in networking infrastructure, enabling users and services to access applications by translating URLs (names) into IP addresses (numbers). Because every icon and URL and all embedded content on a website requires a DNS lookup loading complex sites necessitates hundreds of DNS queries. In addition, as more internet-enabled ‘Things' get connected, people will rely on DNS to name and find their fridges, toasters and toilets. According to a recent IDG Research Services Survey this rate of traffic will only grow. What's driving t...
Today’s enterprise is being driven by disruptive competitive and human capital requirements to provide enterprise application access through not only desktops, but also mobile devices. To retrofit existing programs across all these devices using traditional programming methods is very costly and time consuming – often prohibitively so. In his session at @ThingsExpo, Jesse Shiah, CEO, President, and Co-Founder of AgilePoint Inc., discussed how you can create applications that run on all mobile devices as well as laptops and desktops using a visual drag-and-drop application – and eForms-buildi...
The Internet of Things promises to transform businesses (and lives), but navigating the business and technical path to success can be difficult to understand. In his session at @ThingsExpo, Sean Lorenz, Technical Product Manager for Xively at LogMeIn, demonstrated how to approach creating broadly successful connected customer solutions using real world business transformation studies including New England BioLabs and more.
The recent trends like cloud computing, social, mobile and Internet of Things are forcing enterprises to modernize in order to compete in the competitive globalized markets. However, enterprises are approaching newer technologies with a more silo-ed way, gaining only sub optimal benefits. The Modern Enterprise model is presented as a newer way to think of enterprise IT, which takes a more holistic approach to embracing modern technologies.
Every day we read jaw-dropping stats on the explosion of data. We allocate significant resources to harness and better understand it. We build businesses around it. But we’ve only just begun. For big payoffs in Big Data, CIOs are turning to cognitive computing. Cognitive computing’s ability to securely extract insights, understand natural language, and get smarter each time it’s used is the next, logical step for Big Data.